08/11/2014

Tokyo fiancée ****°

1013660_fr_tokio_fiancee_1409651101334.jpg?w=600

synopsis

La tête pleine de rêves, Amélie (Pauline Etienne), 20 ans, revient dans le Japon de son enfance. Pour gagner sa vie, elle propose des cours particuliers de français et rencontre Rinri (Taichi Inoue), son premier et unique élève, un jeune Japonais avec lequel elle noue une relation intime. Entre surprises, bonheurs et déboires d'un choc culturel à la fois amusant et poétique, elle découvre un Japon qu'elle ne connaissait pas....

 

Mon avis:

Adaptation réussie du roman "ni d'Eve ni d'Adam" d'Amélie Nothomb. Gros coup de coeur pour ce film, une bouffée d'air frais, une ambiance poétique et décalée, de l'humour et une belle prestation du casting.  A voir !

 

 


 

10:25 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

14/07/2014

Transcendance (peu mieux faire) **°°°






 

 

Synopsis:

Will et Max sont des génies de l'informatique. Ils travaillent ensemble pour créer une nouvelle ère, un monde où les ordinateurs pourraient imiter et dépasser le fonctionnement du cerveau humain. Leurs recherches sont mises à mal par un groupuscule de radicaux anti-technologie, qui va tout tenter pour les arrêter.

Mon avis:

Un trailer qui donnait envie, mais au final la sauce ne prend pas vraiment. Il se laisse regarder, mais avec au casting  johnny depp & Morgan freeman, je m'attendais à mieux. Les 2 heures de film ne sont pas vraiment justifiées, ça crée des longueurs inutiles. A voir en dvd tout au plus.

09:37 Publié dans cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

12/01/2014

Maxime Chattam: autre monde

 

J'ai commencé  le pemier tôme en ayant la crainte que ce soit un peu trop "adolescent" mais même si les protagonsites sont en effet des jeunes et des enfants, cela ne m'a pas dérangé et je me suis très vite laissée prendre par l'histoire, et j'ai trop hâte de dévorer les tômes suivants.

 


 

 

New York : trois ados avec leur rêves, leur imagination, leur quotidien… Il fait un temps étrange à Manhattan en cette fin d’année, le climat est complètement déréglé.

Ces ados ont le sentiment que cela va mal tourner… En effet, personne n'a vu venir La Grande Tempête. Un ouragan de vent et de neige plonge une parti du pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies. À son réveil, Matt, 14 ans, s’aperçoit que le monde a changé, que ses parents ne sont plus là, l’électricité ne fonctionne plus, les armes en métal ont fondu… Seul contre un paysage ravagé, des animaux enragés, il part à la recherche de ses amis. Avec son ami Tobias, ils vont chercher de l’aide. Ils fuient New York et vont au Sud accompagnés d'un étrange chien baptisé Plume par Matt à la recherche d'un endroit qu'ils espèrent un peu moins apocalyptique.

Au détour de leur périple, ils vont rencontrer de nombreuses créatures inquiétantes, dont une particulièrement effroyable qui traque Matt par l’intermédiaire de ses rêves. En fin de compte, après de nombreuses aventures, ils vont atterrir sur une île où ne vivent que des enfants et des ados. Il va falloir s’organiser pour survivre !

À l’aide d’Ambre rencontrée là-bas, ils vont devoir apprendre à se défendre, à lutter contre leurs ennemis, car trois clans se dessinent dans cette nouvelle forme de vie :
Les Pans : Les enfants et adolescents qui ont survécu à la Tempête et qui ont développé des altérations (transformations génétiques dues à la Tempête) pour développer leurs points forts ou alors pour combler leurs points faibles. Elles ont donc un lien avec leur vie du passé et leur nouvelle vie.

Les Cyniks : Des adultes violents et agressifs qui cherchent à tout prix à tuer les Pans. Ils sont à la solde de leur Reine Malronce ou rauméduse et ont perdu la mémoire de leur ancienne vie. Les plus vicieux ont néanmoins gardé des parcelles de souvenirs, à cause de leurs vices. Apres la guerre qui les opposa au Pan ils devinrent "les Maturs" et leurs nouveau roi fut Balthazar.

Les Gloutons : Des adultes revenus à l’état sauvage qui n'ont plus rien d'humain. Tout comme les Cyniks, ils sont agressifs et ont perdu la mémoire.

Personnages

-Matt Carter : Il a 14 ans et vient de New York, qu'il a fui avec son ami Tobias pour échapper entre autres au Raupéroden. Suite à un choc à la tête, il est resté dans le coma pendant près de 5 mois. Pour lutter contre l'affaiblissement de son corps, il a développé une altération de force. Il est impulsif et combat avec une épée.

-Tobias : Il a 13 ans et est l'ami de Matt depuis leur enfance. Avant la tempête il faisait partie d'un groupe de scouts et sait donc faire plein de choses utiles comme allumer un feu, se servir d'un arc, etc. Au début du livre, il a une attitude enfantine qu'il perd peu à peu. Il est hyperactif et a donc développé une vitesse incroyable.

-Ambre Caldero: Elle a 15 ans et rencontre Matt et Tobias lors de leur séjour à l'île de Carmichaël, sur laquelle Matt se fait soigner. Elle est l'initiatrice du développement des nouvelles facultés que les enfants survivants ont développées, qu'elle appelle altération.
Matt, Tobias et Ambre forment l'Alliance des Trois.

09:34 Publié dans lectures | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2013

Désactiver mon compte facebook: checked

 

Je perd de plus en plus d'intérêt pour facebook, je n'ai jamais été un utilisatrice compulsive mais j'y poste de moins en moins de choses.  Et quand je fais défiler le fil d'actualité, je le trouve de plus en plus ennuyant.

J'ai désactivé mon compte plusiseurs fois, et j'y suis restée encore un peu plus pour rendre service à mes amis qui ne savent plus créer un évent sans passer par facebook...  que par envie personnelle, mais cette fois c'est bien fini.

Du coup j'ai repensé avec un brin de nostalgie à mes années blog, des chouettes échanges qui ont parfois mené à de belles rencontres  et je viens donc repousser la porte de la blogosphère

09:26 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2011

accepter ma singularité

J'ai choisi d'entreprende cette longue route qui me permettra de devenir ce que je suis..

D'où vient cette décision?

A l'origine un test de personnalité, ou plutôt "le test de personnalité ", à savoir le MBTI, ou comment vous prendre en pleine face ce que vous savez déjà depuis bien longtemps, que vous faites partie du type INFJ, en clair le plus rare et le plus singulier de tous...

Alors 2 choix s'offrent à vous, continuer à nier l'évidence, en essayant de ressembler au commun des mortels, et vous dissimuler dans la masse, sans vraiment y arriver et en souffrir.. ou simplement cultiver cette singularité, no matter what people say...

 

 


09:18 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

16/10/2007

ensemble c'est tout...

faute d'avoir vu le film j'ai lu le livre ... et certains extraits ne laissent pas indifférént

morceaux choisis:

Et puis, qu'est-ce que ça veut dire différents ? C'est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes... Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'estleur connerie, pas leurs différences...

 "Mais laisse-moi te dire deux choses avant de te souhaiter bonne route : la première, c'est à propos des intellectuels justement... C'est facile de se foutre de leur gueule....Ouais, c'est vachement facile...Souvent, ils sont pas très musclés et en plus, ils n'aiment pas ça se battre... Ça ne les excite pas plus que ça les bruits des bottes, les médailles et les grosse limousines, alors oui, c'est pas très dur... Il suffit de leur arracher leur livre des mains, leur guitare, leur crayon ou leur appareil photo et déjà, ils ne sont plus bons à rien ces empotés... D'ailleurs, les dictateurs, c'est souvent la première chose qu'ils font : casser les lunettes, brûler les livres ou interdire les concerts, ça leur coûte pas cher et ça peut leur éviter bien des contrariétés par la suite...Mais tu vois, si être intello ça veut dire aimer s'instruire, être curieux, attentif, admirer, s'émouvoir, essayer de comprendre comment tout ça tient debout et tenter de se coucher un peu moins con que la veille, alors oui, je le revendique totalement : non seulement je suis une intello, mais en plus je suis fière de l'être... Vachement fière, même... "

10:39 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

14/09/2007

des mots sur mes pensées

Il nous faut mener double vie dans nos vies,double sang dans nos coeurs,


la joie avec la peine, le rire avec les ombres,deux chevaux dans le même attelage


chacun tirant de son côté, à folle allure.


Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin , cherchant la bonne foulée,


cherchant la pensée juste,et la beauté parfaite nous brûle,comme


une branche basse giflant notre visage,et la beauté parfois nous mord,comme un

loup merveilleux sautant à notre gorge....

 


Christian BOBIN

14:17 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

10/08/2007

piscine

Avec ma rousse, on s'est mise à la piscine et non celle près de chez moi est toujours pas réouverte...  donc  on se console avec celle d'evere...

 j'crache un peu mes poumons, et oui la clope ça use, mais qu'est ce que ça défoule.

10:37 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

01/08/2007

1 an d'amour

Lundi, on a fêté nos un an...

 

j'ai rencontré la femme de ma vie, très probablement.

16:39 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

du neuf

Après un crash du réseau, et plus d'accès internet pendant qques jours, les informaticiens ont remis la machine en route... en oubliant de bloquer certaines choses, ce qui me donne donc à nouveau la possibilité de poster ici.

Pour combien de temps on verra...

16:32 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

13/11/2006

DANS PARIS

Il y a des ces films qui ne vous laisse pas indifférent sans trop savoir pourquoi, sans trop comprendre ce qui vous a touché.

Dans Paris, en fait partie...




Paul (Romain Duris) vient de se faire larguer par sa grande histoire d’amour (Joana Preiss). Il retourne chez son père (Guy Marchand ), où loge aussi son petit frère Jonathan (Louis Garrel). Alors que ce dernier, séducteur effréné, parcours Paris au gré de ses rencontres amoureuses, Paul tourne en rond dans sa douleur.

En parcourant l’échelle des sentiments amoureux, du désespoir le plus profond jusqu’à la passion heureuse, Christophe Honoré transforme Dans Paris en une géographie émotionnelle, joyeusement situ. D’un côté, l’appartement et la famille sont un enfermement douloureux, bien que nécessaire, à Paul. De l’autre, Jonathan parcours Paris, qui devient sous ses pieds une scène ouverte pour les rencontres, l’explosion de la vie. Acteur burlesque par nature, Louis Garrel est formidable en pierrot amoureux des femmes. La mise en scène elle-même différencie ces deux pôles : narrateur du film, Louis Garrel s’adresse aux spectateurs face caméra au début du film, puis, au fur et a mesure, s’affirme en electron libre, filmé en accéléré, bavard ou muet, dans une quête insatiable, effrénée et hilarante de désir.

Pour filmer la dépression, Honoré transforme littéralement Romain Duris en pur bloc de douleur, et trouve encore une fois des idées de mise en scène aussi lumineuses que radicales. Lorsque Paul se passe un vieux 33 tours de Kim Wilde, la chanson se joue dans son intégralité, et il se met à chantonner et à se trémousser sur le fil du ridicule, comme on l’imagine dans son adolescence. Comment mieux exprimer, en une scène magistrale et bouleversante, le besoin d’enfermement et de retour sur soi dans la douleur ? Obligé d’explorer une part de lui-même inédite au cinéma, Romain Duris est tout simplement fabuleux, offrant au film ses moment de grâce les plus intenses.

10:48 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

ayo au bota

ayo



un concert plein d'émotions que celui d'ayo au bota...

Fille d'un père nigérian et d'une mère rom, Ayo a baigné dans un contexte musical sans frontières. Et sa musique s'en ressent : soul, jazzy, marquée par le reggae, la pop et les folklores africains, elle s'apparente à un récit de voyages... Et dans ce domaine, la jeune femme en aurait à raconter.

Elle naît en 1980 près de Cologne mais, très tôt, séjourne au Nigéria, auprès de sa grand-mère. Ses parents se méfient cependant du poids des traditions là-bas, et ils la rappatrient bientôt en Allemagne. Durant son enfance et son adolescence, elle ne fera plus aucun séjour en Afrique. Sa mère souffrant d'une addiction à la drogue, elle grandit au côté de son père, un fou de musique, dès l'âge de six ans. Ce dernier lui fait découvrir Fela Kuti, Prince Sunny Adé, mais aussi les Pink Floyd ou Bob Marley. Durant son enfance, elle apprend le violon, le piano et enfin la guitare.

Avec l'âge adulte, les années bohèmes commencent. Ayo pose ses valises à Londres, New York ou Paris et commence à se produire dans les clubs. Talent remarqué, elle se produit en première partie d'Omar dès le début des années 2000 puis publie son premier album, "Joyful", en 2006. Celui-ci synthétise ses différentes influences, abordant de façon centrale la question de ses origines.


ayo sur myspace
 

10:46 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

20/10/2006

J'me disais aussi

c'est pas tout a fait logique que j'aime "la ceinture" d'Elodie Frégé jusqu'a ce que j'apprenne qu'il y a du Benjamin Biolay la-dessous... Tout s'explique...

 

 il chante la mélodie de la mélancolie avec des mots raffinés, mais ponctue ses phrases de «cramé», «clean», «trippé» venus de la rue... Un peu hip-hop, un peu yé-yé, il associe la mèche négligée, les maillots de basket et les chaussures de marque. Ne conduit pas. Déteste les montres. Habite le village de Saint-Germain-des-Prés. Sa part d'enfance est restée intacte en lui: la statuette sombre de Darth Vador, commandeur de Star Wars, gronde dans le salon à deux pas d'une collection de vaches et de DVD de séries télé. Mais la nuit protège «Petit Biolay», comme l'appelle tendrement Juliette Gréco: il retient les heures et compose jusqu'au matin. Voix de coton pleine de détermination, allure indolente d'élégant suranné, spontané, ombrageux, en retard, insomniaque, cool, cyclothymique, émotif, attentionné, boudeur et bohème, Benjamin Biolay, s'est imposé à toute allure... 

 

 

Paroles de La Ceinture

 

Non pas sur la bouche Même si c'est louche Puisque ma langue A le goût de ta vertu De tout mon air perdu Non pas sur les lèvres Même si j'en rêve Même si je tremble Et bien que mon coeur soit nu Mon âme est revêtue De pudeur et d'impudence Sans te faire offense Mieux vaut pas tenter sa chance Rien ne dure Au dessus de la ceinture Non, pas sur la bouche Même sous la douche Même si c'est dur Je te mordrai C'est promis Tous les coups sont permis Non, pas sur les lèvres Même pas en rêve A sang pour sûr Ou tu mangeras ton pain gris Mon coeur est endurçi Ne tire pas sur l'ambulance Garde ..? (la potence? lol) Plus rien n'a plus d'importance Rien ne dure Au dessus de la ceinture Non, pas sur la bouche Je sais, je touche Le fond du lac Le temps des cerises est mort Le diable est dans le corps Non, pas sur les lèvres Non c'est pas mièvre C'est pas le trac Mais je préfère me donner crue Sans revers, ni refus Rendons nous à l'évidence Tout est écris d'avance Mieux vaut pas tenter sa chance Rien ne dure... Au dessus de la ceinture Non pas sur la bouche Je sais c'est louche Puisque ma peau A l'odeur de ton odeur Au dehors il fait chaud Non, pas sur les lèvres Jamais de trève Et pas d'assaut Le bonheur est en attente Entre le sol et le vent Entre l'oubli et l'oubli Mais l'oiseau du paradis Joue plutôt aux jeux interdits Rien ne dure... Au dessus de la ceinture

22:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2006

 We are the pipettes

tout a commencé comme ça; au détour d'une soirée j'ai entendu ça:

 Et puis Oli m'a proposé d'aller voir le concert 

 

Depuis leur dernier album tourne en boucle: 

Pour en savoir plus:

Des robes à pois aux chorégraphies à base de mains sur les hanches et d’indexs négateurs, en passant par les musiciens invisibles et l’indispensable individualisation des chanteuses (une blonde, une brune, une "à lunettes"), le visuel est travaillé et réussi : on les entend déjà rien qu’en les voyant. Leur musique relève du pur girl group vintage, une pop music quelque part entre le Doo-Wop (pour les harmonies vocales) et le R’n’B (pour la dynamique), le tout chanté avec une exubérance d’adolescente. Un mélange imparable capable de vous faire danser ou de vous briser le cœur comme le plus joli garçon de l’école

 

http://www.myspace.com/thepipettes

 

21:22 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

02/10/2006

love is in the air

 love is

18:01 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

14/09/2006

anders

 

ANDERS


Création


20 - 23 septembre 2006 - 20h30

"C’est notre regard qui enferme souvent les autres dans leurs plus étroites appartenances, et c’est notre regard aussi qui peut les libérer". Amin Maalouf "Les identités meurtrières"

 


Xavier Campion et Flore Vanhulst, auteurs, comédiens et metteuse en scène nous invitent à la rencontre de l’autre et de tous les autres. L’histoire écrite à quatre mains parle de notre voisin ou ami qui, à tout moment, peut faire basculer nos certitudes. La frontière est fragile entre comédiens et personnages et crée une matière théâtrale passionnément vivante. C’est d’eux-mêmes qu’ils se sont inspirés, de leurs corps et de leur vécu. Une jeune fille d’origine africaine, vit dans un petit appartement d’où elle ne sort jamais par peur de l’extérieur. Un propriétaire omniprésent contrôle tout ce qui l’entoure. A l’arrivée d’un nouveau locataire, étrange et multi-identitaire, l’équilibre est rompu. Tous trois vont s’observer, se découvrir, confronter leurs différences pour aussi se haïr et se mélanger. La mise en scène offre un espace sans rupture multipliant les sens et laissant ouverte son interprétation.

 


le jeudi 21.09.06, après la représentation une soirée-débat est organisée
avec l’association Genre d’à côté

 

 

Théâtre Les Tanneurs

rue des Tanneurs, 75
1000 Bruxelles
02/502.37.43 Administration
02/511.07.97 Fax
info@lestanneurs.be
 
 

18:23 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

27/07/2006

1 an déja

 

j'avais presque oublié..

1 an que ce blog a été créé

22:45 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2)

bxl les bains

après avoir vu, bxl les bains désert et sous la pluie l'année passée, cette année j'ai pu y goutter enfin...

 

 

22:39 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

26/07/2006

beau comme un caddie

et oui en attendant d'avoir les moyens d'acheter une voiture, j'ai décidé de faire concurrence aux mamies du quartier...

et on ne rigole pas !!

21:55 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

19/07/2006

A quoi ça sert l'amour?

 

 

 

14:52 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

18/07/2006

volver

Madrid et les quartiers effervescents de la classe ouvrière, où les immigrés des différentes provinces espagnoles partagent leurs rêves, leur vie et leur fortune avec une multitude d'ethnies étrangères.
Au sein de cette trame sociale, trois générations de femmes survivent au vent, au feu, et même à la mort, grâce à leur bonté, à leur audace et à une vitalité sans limites.

 

cru et ce malgré tout avec une touche d'humour, bon moment cinéma

15:31 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

14/07/2006

A change is gonna come

J'ai passé des années a jouer un rôle, à être discrète, me fondre dans la masse sans trop attirer l'attention, une éducation megaprotectrice, où on a toujours tout fait à ma place, où on ne m'a laissé aucune intimité, ce qui a complètement inhiber tout développement de ma personnalité.

Je n'ai aucun repère, et ceux que j'essaye de trouver ne seront probablement jamais pareils à ceux du commun des mortels...
mais ai-je le choix...

J'avance sur la route du changement...je me retrouve avec des envies, qui sont pfs tout a fait a l'opposer de ce que j'ai été et de ce que je suis toujours un peu... Je ne sais pas ce que je vais découvrir en m'engageant sur cette voie, je ne sais pas ce que le miroir me renverra comme image...

Le plus dur sans doute est de pas avoir eu la force de démarrer cette "transformation" plus tôt... et d'arriver à ne pas le regretter...
juste le vivre maintenant sans regarder en arrière.



23:44 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

tapas au PP café

retrouver T. au PP café devant qques tapas; dicuter de tout et de rien, du passé, de l'avenir, des craintes, des soucis...

 

de mon silence qui pfs dérange, des reflexions d'autrui sur le fait que je ne parle pas assez de moi... et qui ne savent pas à quel point ça touche qqch de profond, a quel point ça fait eccho en moi

 

et de la facon dont je pourrais repondre à ces interrogations sans pour autant rentrer dans les détails.. tout simplement dire

que j'ai passé tellement d'années a apprendre a me taire qu'il m'est difficile de faire marche arrière...

et m'inquieter peut etre un peu moins de ce que l'autre va penser

 

realiser que je suis victime et non coupable

 

 

08:25 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2006

darkangel

 

C’est le 3 octobre 2000 que plus de 17 millions d’américains découvrent, médusés, le premier épisode de DARK ANGEL, une série produite et créée par James Cameron. Le pilote, intitulé “Un nouveau monde” et qui a coûté plus de 10 millions de dollars (un record pour une série TV) scotche littéralement le public au fauteuil. Frénétique et diablement inventive, DARK ANGEL est une série de science-fiction qui fonctionne comme un véritable réflecteur de notre société contemporaine. Cameron greffe sur son héroïne Max les angoisses que doivent affronter, jour après jour, les adolescents d’aujourd’hui face à un monde moderne qui célèbre la gloire de la technologie et de la science. Voilà pour le fond. La forme, quant à elle, est nettement plus jouissive. Femme forte, intrigue politico-technologique, action à tout va, suspens savamment dosé, mise en scène ad hoc et perfectionnisme visuel de rigueur. Pas de doute, même si l’homme n’est pas aux commandes des caméras (il se cantonne à l’écriture et la production), DARK ANGEL est bel et bien du James Cameron pur jus. Un véritable condensé de ses ambitions graphiques (l’esthétique visuelle de la série rappelle TERMINATOR), de sa prédilection pour les héroïnes guerrières (comme Ripley dans ALIENS et Sarah Connor dans TERMINATOR 2) et de la grande importance qu’il accorde au traitement psychologique des personnages (à l’instar d’ABYSS et de TITANIC). Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le véritable titre originale de la série est “James Cameron’s Dark Angel”. Loin d’être un caprice de star, DARK ANGEL est une série que Cameron affectionne particulièrement. Le scénario est ingénieux et généreux en rebondissements. La réalisation est extrêmement soignée. Quant au casting, il tient la route avec aisance. La preuve avec Jessica Alba, qui interprète Max. Véritable révélation du moment, l’actrice démontre un sex-appeal affolant et une forme physique tout aussi impressionnante. Conclusion : après avoir dominé le monde du cinéma, Cameron est bien parti pour dominer celui de la télévision. Qui s’en plaindra ?

La saison 2 de DARK ANGEL, de loin la plus excitante, va ravir les fans du réalisateur d’ABYSS et de TRUE LIES puisque l’homme, jusqu’ici cantonné aux postes de producteur et de scénariste, reprend sa casquette de réalisateur et signe le dernier épisode de cette seconde saison, “Freak Nation”. Un chapitre d’une durée de 80 minutes et qui brille, entre autres, par une séquence d’action monumentale ou une dizaine de personnes s’affronte dans un combat titanesque ! 80 minutes de génie cinématographique qui, à elles seules, font entrer DARK ANGEL dans l’histoire.

 

Un gentil collègue m'a prêté les 2 premieres saisons, et c'est trop excellent, ce qui l'est nettement moins, c'est quand je me suis mise a chercher quid de la 3eme saison, j'ai vite compris qu'il y'en aurait pas. pour une fois que j'accroche a une serie, franchement c'est déconné

 

La véritable raison est en fait que la fox s’étant entiché de Joss Whedon avait décidé de donner la priorité a son nouveau projet la série Firefly. Réservant son argent pour cette nouvelle série et considérant qu’il n’y avait plus assez de place pour Dark Angel et firfly sur la grille. Une grave erreur stratégique donc de la fox, qui tente de rattraper le coup en nous inondant de coffrets des deux saisons en VHS et DVD. Preuve qu’ils reconnaissent le potentiel marketing de la série auprès des nombreux fans.
Une autre raison plus officieuse encore dont la source est encore une fois la belle Jessica qui n’a décidément pas la langue dans sa poche, serait que malgré que Firefly et Dark Angel coûtent aussi cher à la production la fox préférerait travailler avec Joss Whedon. Selon la belle “james Cameron est quelqu’un de très déterminé, voir têtu et je pense que la Fox avait peur des conflits avec lui. Ils se sont peut-être dit qu’ils pourraient plus facilement imposer leurs vues à joss whedon”. Résultat tout faux !! Et une grande perte pour tous...  snif

 

DARK ANGEL Il cast della prima stagione

 

22:39 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dark angel

l'autre pays du fromage

Un p'tit weekend a Amsterdam

 

qui a débuté par une soirée au 'Panama'

Zeven keer per jaar komen uit het hele land meer dan 1250 vrouwen naar de Amsterdamse club Panama voor een geweldige 'girls night out'. Dance, Music, Flirting & lots of fun.

 

Le lendemain matin mon hotesse; m'a concocté un p'tit dej aux chandelles, trop mignon

 

et puis que dire des vélos, de canaux, des ballades, des sourires...

 

 

 

21:14 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amsterdam

04/07/2006

couleur café

Louise Attack

 

electro world

 

tracy chapman

 

01/07/2006

escapade bretonne

 

 

 

 

5:55

Quasiment disparue de la scène musicale depuis Charlotte Forever il y a 20 ans, Charlotte Gainsbourg sortira a la fin de l'été son album tant attendu... 5 : 55 dont la musique a été composée par Air, et les paroles écrites par Jarvis Cocker (Pulp) et Neil Hannon (The Divine Comedy).

2 extraits en écoute ici

 

 

24/06/2006

petite crise passagère...

un passé qui est revenu me hanter, un passé tabou, de ceux dont on ne peut pas vraiment parler, paradoxal, quand on pense que la parole est la seule delivrance...

Alors je me replie, je remets des barrieres, j'enmerde le monde entier, je deviens imbuvable, insolente, indifférente

De la colere, bcp de fatigue, la tension artérielle qui chute... les cicatrices de l'âme qui ne s'expriment pas par les mots, et c'est le corps qui en fait les frais

J'hesite souvent à parler de ça ici, pour ne pas effrayer, mais tout le monde a un passé, certains plus lourd que d'autres

11/05/2006

ma favorite

 

elle gagnera pas, elle chante pas tjs super juste; but she's got that vibe