31/12/2005

flashback sur ces 2 dernieres semaines

évènements marquants (tout est relatif): le déménagement, nowel et nouvel an...
 
Le déménagement s'est passé sans trop d'encombre si ce n'est les super conditions climatiques... Des parents emus de voir leur fille unique mettre les voiles qu'est ce qu'ils n'auraient pas fait pour que je passe une nuit de plus chez eux...
2 semaines que je suis dans mon chez moi, ce qui me manque le plus, mon chien et le lave-vaisselle (qu'est ce que ça me pompe ça)...
environ 4 mois que j'ai les clefs, donc je me sens en terrain connu mais pas vraiment conquis...
Ma mère a tellement voulu s'assurer que je ne manque de rien, que mes armoires sont pleines de choses que je n'ai pas choisies, dont je ne vois pas l'utilité, et en plus il faut que je sois reconnaissante, au risque d'être cataloguée "fille indigne"
Donc il s'agit de me réapproprier les lieux, chose moyennement aisée quand tout ce que je touche me rapelle inévitablement ma mère
mais comme on me l'a souvent suggéré, la vaisselle ça casse...
 
Etant de garde le 24 et 25 décembre de 8 à 13h, ce fut bien calme...
mais surtout c'est le 2ème noël que je passe sans lui, sans devoir me faire tolérance, sans devoir subir sa présence en silence, sans devoir m'effacer, sans lutter pour ne pas craquer, sans avoir envie de lui balancer mon assiette à la gueule, sans avoir envie de partir en claquant la porte car tout ça me fait gerber... c'est une bonne chose certes, si ce n'est que je dois me rendre à l'évidence que noël me laissera toujours un goût amer, et que tout l'animation  qui va avec me laissera indifférente encore très longtemps si pas à jamais...
 
Puisque je suis gâtée cette année, je suis aussi de garde le 1er janvier...
Donc un 31 décembre au calme; ce qui m'amuse dans le fond, alors que pour la plupart des gens c'est le jour j
que tout le monde s'est mis sur son 31 (c'est très con mais je viens seulement de comprendre), moi je suis en pyjama
un des weekend les plus fou de l'année pour certain, un des plus calme pour moi...
paradoxal tout ça, et je ne vous etonnerai pas en disant que ça ne me déplait pas...
Je n'ai jamais ressenti un besoin démesuré de fêter le passage  à l'an nouveau, ça me fait sourire tout ces gens qui attendent avec impatience 2006 comme si miraculeusement tout aller rentrer dans l'ordre, tout allait changer...
Bien sur je souhaite à mes proches et moins proches que cette année soit heureuse mais pas moins ni plus que l'an passé ou que l'an prochain..
L'heure du bilan semble être le seul évènement qui me résiste... mais pour moi l'année a commencé en novembre 2004 par une double sortie du placard, entender par là la révélation de 2 tabou d'un coup puis tout un tas de choses ont suivi: l'appart, le permis de conduire, le déménagement, les nouveaux amis, les anciens toujours présents...
 
Une page se tourne, et pas n'importe laquelle...


Les commentaires sont fermés.